Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Informations générales

Responsabilité

La fabrique est l’administratrice de trois cimetières : Saint-Blaise, Saint-Luc et Sainte-Marguerite-de-Blairfindie. (N.B.: le cimetière de Saint-Jean-sur-Richelieu est une corporation autonome. Téléphone : 450 357-0043).

La fabrique a la responsabilité de :

  • protéger ses cimetières afin que tous les paroissiens puissent venir y saluer leurs morts dans la sérénité et la paix, 
  • assurer la rentabilité et la durée pour au moins le siècle à venir en tenant compte de la durée des contrats de concession à long terme pris avec les familles (concessionnaires), 
  •  gérer les problèmes liés à l’entretien, au remplacement, à l’agrandissement et à l’aménagement. 

Frais de concession et d’entretien

Depuis la réforme de la Loi sur les compagnies de cimetières catholiques romains et la Loi sur les inhumations et les exhumations, ces frais ont été calculés pour une durée de 99 ans ; le but visé est de constituer un capital dédié dont les intérêts pourront assurer le fonctionnement général, garantir la survie et fournir des fonds disponibles lorsque des besoins particuliers surviendront.

Ces frais ont été calculés d’après des règles actuarielles diocésaines basées sur les coûts réels de chaque cimetière. L’objectif étant d’offrir des tarifs équitables, harmonisés et concurrentiels avec l’entreprise privée.

L'entretien comprend :

  • la tonte de gazon, l'émondage des arbres, la taille des haies, l'aménagement paysager, les semences;
  • l'achat et l'ajout de terre pour le nivellement des terrains, le rehaussement des socles;
  • la réfection annuelle des voies de circulation et des clôtures;
  • les coûts de la machinerie, de l’équipement;
  • les coûts de la main-d’œuvre;
  • l'amélioration des bâtiments: columbarium, charnier. 

Règlementation

La règlementation est disponible au secrétariat de la Cathédrale. 

Certificat de sépulture

Demande de certificat (voir Documents à télécharger)

  • Frais: 30 $

Téléphone: 450 347-2328 poste 106

 

Des frais supplémentaires sont applicables sur toutes autres demandes de documents: 10$ par document / maximum 30$.

Historique

L’espace sacré de la sépulture a passablement évolué entre le début de la colonie et notre époque, en accord avec les transformations de la société, ses modes de vie et les structures de l’organisation urbaine.

À la toute fin de l’empire romain, au 4e siècle, et durant l’âge mérovingien du 6e au 8e siècles, on enterre les morts dans des nécropoles à l’extérieur des villes, le long des grandes voies de circulation. C’est avec la définition d’un tissu paroissial plus cohérent et le développement de la responsabilité sacramentaire des curés, à partir du 9e siècle, que le cimetière se voit bientôt attribuer un espace contigu à l’église elle-même. Le fidèle a le devoir de se faire baptiser et d’être enterré dans sa paroisse. Le cimetière sera ainsi intégré à l’enclos paroissial. Le plus souvent, un mur délimite l’enceinte du cimetière.

On reproduit tout naturellement ces pratiques en Nouvelle-France puis, après la Conquête, dans le Bas-Canada. En ville, aussi bien qu’à la campagne, les cimetières s’agglutinent autour des églises. À partir des années 1855, avec la disponibilité d’espace, on enterre les membres d’une même famille les uns à côté des autres. Se constituent ainsi ce que l’on appelle les lots familiaux.

À compter des années 1960, la société québécoise se transforme à un rythme accéléré. La pratique religieuse diminue, les familles deviennent moins nombreuses, les divorces frappent un fort pourcentage des couples mariés et les moyens de communications deviennent si faciles que la mobilité de plus en plus universelle des personnes affecte la trame paroissiale et, par conséquent, le lien existant avec la paroisse et le cimetière.

Le défi actuel des fabriques propriétaires de cimetière est de concilier une saine gestion de leur cimetière et de rencontrer les besoins de leurs paroissiens, tout en tenant compte de l’entreprise privée qui cherche de plus en plus à offrir l’ensemble des services liés au deuil.

Référence : Manuel de gestion des cimetières du diocèse Saint-Jean-Longueuil